Réunionnais, c’est quoi la ville de demain ? | FACILITIES
985
post-template-default,single,single-post,postid-985,single-format-standard,bridge-core-1.0.6,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1300,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-18.2,qode-theme-bridge,disabled_footer_bottom,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-6.0.5,vc_responsive
 

Réunionnais, c’est quoi la ville de demain ?

Réunionnais, c’est quoi la ville de demain ?

En 2050, plus de 2 personnes sur 3 habiteront en ville soit 70% de la population mondiale !

De quoi sera alors faite la ville de demain ? Que ce soit à court ou long termes, en pensant à nos villes du futur, on se projette dans des modes de transports plus doux, des villes plus « vertes » en couleur, mais aussi dans leur impact sur l’environnement.

C’est pourquoi il y a un réel enjeu à définir la ville de demain pour que chacun y vive en harmonie, dans le respect de l’autre et de la nature.

 

La végétalisation des bâtiments

 

Pour faire respirer nos villes, on voit pousser de plus en plus de toits verts sur nos constructions. Est-ce assez pour protéger nos villes ?

Le bâtiment végétalisé a plusieurs atouts : intégration de la biodiversité en ville, prévention les inondations et évolution de conditions météo, rafraichissement par évapotranspiration, isolation thermique et acoustique, absorption du CO2. Cette végétation peut autant s’intégrer en façades que sur les toits pour embellir les bâtiments de nos villes.

Ce marché mondial de la toiture végétalisée est un peu en retard en France face aux voisins scandinaves ou allemands. D’ici 2030, plusieurs lieux mythiques parisiens vont se mettre au vert : le parvis de l’Hôtel de Ville (IVe) ou encore la gare de Lyon (XIIe).

 

Et à la Réunion alors ?

 

Dans notre climat tropical, la végétalisation doit s’adapter !

En effet, l’analyse du climat propre au site est indispensable pour choisir les végétaux qui ne sont pas tous viables parmi tous les microclimats de l’île. L’avantage certain pour les Réunionnais est l’effet rafraichissant, sans oublier la gestion des eaux pluviales.

On peut ainsi créer des zones d’ombre pour les espaces de plein air, des bulles de fraicheurs en végétalisant les abords directs des bâtiments et en adaptant les végétaux au site.

Il va falloir s’habituer à voir ces nouveaux bâtiments aux façades vertes.

Mais un autre changement visuel de l’environnement urbain se prépare : le développement des téléphériques.

 

Les téléphériques

 

Beaucoup de transports aériens se développent également avec les centres-villes comme points de départ qui se veulent transports en commun.

Peu répandus en France hormis en station de sport d’hiver, ils tendent à se développer depuis quelques années. Loin des innovations technologiques de transport que l’on imagine pour demain (voitures autonomes, voire volantes, hoverboard), le téléphérique revient au gout du jour pour relier des points de variations d’altitude élevés ou non.

Son point fort : un faible impact sur le partage des voies publiques.

Son point faible : il demande énormément de maintenance.

À l’image du métrocable de Medellín (Colombie), ce mode de transport a permis de désenclaver les quartiers pauvres en hauteur du centre-ville, mais a également permis de mixer les catégories sociales.

 

Un téléphérique à la Réunion

 

Chez nous aussi, on nous parle de téléphérique depuis plusieurs années. Le projet qui semble (enfin) prendre forme est celui de la CINOR qui vise à relier différents pôles de l’agglomération de Saint-Denis : les quartiers du Chaudron, de l’université, de l’hôtel de région ou encore de Bois-de-Nèfles et son nouveau lycée. Dans un deuxième temps, une seconde ligne devrait relier Bellepierre et La Montagne.

L’objectif de ce développement d’un transport par téléphérique est de réduire les temps de parcours des utilisateurs, mais aussi de désengorger la RD41 et son pont Vinh-San.

À ce jour, le chantier débuté en janvier 2020 en est à mi-parcours avec des structures définitives sur les stations. Le câble sera bientôt en place pour relier les différents pylônes. Mise en service prévue courant 2021.

Sur la commune de La Possession, c’est un écoquartier qui est en développement.

 

Les écoquartiers pour un futur urbain durable ?

 

Les principes et urgences actuelles amènent à repenser l’habitat et son environnement. Dans la course au modernisme, le retour au naturel prédomine.

Avec l’écoquartier, on s’engage sur différents critères : une mise en avant de la nature, une certaine économie de l’espace, un choix des matériaux de construction, une attention particulière à la consommation énergétique et à la mobilité… mais également l’adhésion de la future communauté à cette réflexion sur l’espace social.

Le quartier du Danube à Strasbourg est un écoquartier lauréat de l’appel à projets « Ecoquartier » lancé par l’État et dont la réalisation se termine en 2020. Il ne comporte que des bâtiments à Basse Consommation et dispose d’une surface de 10 000m² d’espaces verts. Les zones de déplacement sont réservées aux rencontres piétonnes et cyclistes avec des dépose-minute motorisés autorisés.

 

Et à la Réunion alors ?

 

La ville de La Possession et la SEMADER relèvent le défi et s’associent pour proposer à ses habitants ce nouveau concept plus respectueux de l’environnement. Et le concept va plus loin, puisqu’ils souhaitent développer une smart city, au sein de l’écoquartier Cœur de Ville afin de proposer aux habitants des services urbains digitaux…

En plein cœur de La Possession dans le quartier de Moulin Joli, l’Écoquartier Cœur de ville, nous propose un concept qui fait rêver ! Le chantier de « La Kanopée » vient tout juste démarrer pour cette zone commerciale de proximité. Ce lieu permettra aux locaux de limiter leurs déplacements, mais aura aussi vocation à replanter plus de 80 000 végétaux afin de rafraichir la zone.

Dans cet écoquartier, une smart city se met en place. Le mobilier urbain est en pleine révolution grâce à la technologie. En effet, il est désormais possible de connecter le mobilier urbain pour en faire des matériaux intelligents. On passe alors à une optimisation de la gestion de la ville avec une maintenance prédictive !

Cette approche qui vise l’optimisation de la gestion de la ville via une maintenance prédictive, c’est précisément ce que s’efforce de faire notre service FACILITIES.

Fin des travaux, 2026 pour près de 34 hectares réhabilités !

L’écoquartier Cœur de ville fait partie de notre top 5 des meilleurs aménagements citoyens à La Réunion.

Facilities : intendance, conciergerie, dépannage… Nous avons la solution ! Contactez-nous!